Au sein de la terre des caps.

Je recherche de nouveaux espaces , de nouvelles lumières....

La lumière et la mer, attraction particulière, côte d'azur, côte basque, Bretagne, Normandie, côte d'opale me fascine et m'entraîne en des rêves insensés de puissance et de beauté...

Il y a et se trouve des endroits privilégiés et uniques où l'émerveillement s'enracine, où l'âme sublime .

Serti au sein de la terre des Caps, Wissant est là, magique, éternel.

Emotion à la vue de la baie , depuis le sommet , comme un doigt pointé vers un ciel insoumis, 

Jour après jour, je découvre , redécouvre un monde à la fois familier et toujours nouveau.

Chaque point de vue, chaque instant est unique, intimité d'un chemin creux,

Le camaïeu rouge d'une vieille toiture, les vastes ondulations où,

sur les vertes collines, les saisons viennent fleurir les prés ou dorer les moissons.

Et toujours, au dessus, les ciels changeants à chaque instant du jour.

Et toujours , au delà, offerte entre les caps, la mer.

Entre plage et nuages, les humeurs du temps m'invitent sans cesse à saisir sur ses vagues une  
palette inépuisable.

En parcourant collines et dunes, en chaque creux, en chaque éminence, en chaque détour d'un chemin, se révèle une échappée nouvelle.

Mon regard embrasse d'un même coup d'oeil la mer, les ciels et les champs, tantôt un vieux toit, une barque ou une prairie de fleurs suffisent à ma contemplation et ma jouissance.

Par gros temps, la mer des deux caps m'inspire, au mépris des intempéries, un sentiment grandiose et dramatique à la fois.

L'atmosphère marine chargée d'humidité donne aux couleurs une brillance et des nuances incomparables.

Tournée vers le nord-ouest et enchâssée entre les caps, la scène marine offre chaque soir, entre vagues et nuages, un éclaboussement de couleurs nouveau qui se prolonge bien souvent, longtemps après que le soleil est disparu, en crépuscules de délicates écharpes colorées qui se fondent peu à peu, insensiblement , dans la grande nuit.

J'aime partir en solitaire dans les dunes chantantes ou sur les collines, la lumière toujours mouvante d'un horizon multiple me fascine et touche profondément l'artiste peintre amateur que je suis, si sensible à ses moindres nuances, et m'en saisissant aussitôt, et la moindre pochade parvient à en exprimer le fugitif, l'impondérable.

Site des deux caps, terre de culture et de beauté, toujours je te chérirai.

Marc de St Point dans Poésie.
- 110 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.