Aux brumes du zinc

Aux brumes du zinc

Tu me vois dans mon regard
Chevauchant la brume
De la vallée désertée trop tard
Et du bon temps que j'hume
Déjà

Les lieux sont clos et grands
Ouverts sur le monde
Rien n'est plus vraiment blanc
J'attends juste que la neige fonde
Voilà

L'immensité d'un temps, d'une heure
Luit, attendez-moi je viens...
A vous déjà mon cœur
Jouit d'être entre vos mains
Ah !

Il fait froid, il fait chaud
L'envie me prend encore soudain
Goûtez ! Non, il n'est pas trop tôt
Même si ce verre n'est pas le mien.
Diva

CrayonGris dans Poésie.
- 1274 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.