Aux filles

La rue est une mâchoire
Qui ne mort pas qu'aux nuits froides
La ville est une saignée, une orgie, mascarade.

Une foire sans origine, un dépotoir
Où l'on s'assoit et l'on s'avine.

Les filles sont crues sur les parkings, louves en laisse,
Sévères et tordus leurs rictus me blessent.
Entre mes doigts et les leurs,
Désaffection de saveurs et vaines promesses.

Le ciel m'invite à prendre une décision,
Ce ciel sans lune et aussi flou que mes visions
M'intimide.

Je refuse leur caresse, je me noie dans mon spleen.

olivedzep dans Poésie.
- 957 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.