Baiser paternel

Son souvenir bien enfoui dans les tripes
Un frisson que la bile régurgite encore
Les parfums de ses coups de langues, ses mérites
Veinées de sang, ses pommettes couleur aurore.

Bien bordées tous les soirs, ses violences émérites
Ce petit rituel que rien ne déshonore
Ce père si aimant aux caresses érudites
Ses mains caleuses sans aucune métaphore.

Cette preuve d'amour avant le grand sommeil
Dans un regard langoureux fier de sa fille
Lecteur, te voici donc dans l'enfer sans pareil.

De son ivre excuse c'est un remerciement
Proposé par le diable en son feu qui scintille
Ce grand amour offert par un mauvais parent...

lettre dans Poésie.
- 1288 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.