BEAUTE CELESTE

Le matin je m'éveille
Mes yeux s'élèvent vers le ciel
Et soudain je m'émerveille
De voir son bleu sans pareil
Un oiseau s'élève à tire d'aile
Il monte, monte vers elle
Elle l' attend, la douce touterelle
Dieu qu'elle est belle
Avec sa blancheur éternelle
Je prends alors mes jumelles
Pour voir cette parade sempiternelle
Où bien est ce un jeu fraternel ?

A continuer si vous voulez

douce rose dans Poésie.
- 697 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.