Bientôt l'automne

Bientôt l'automne

Premières brumes matinales
au-dessus de la cathédrale.
Un ciel gris à fendre l'âme
Un nouveau jour comme un sésame.
L'automne avance sur la pointe des pieds.
Serait-ce déjà un peu la fin de l'été ?

Après la canicule
Vécue dans une bulle,
Dans la fraîcheur du matin naissant
Mon coeur claque des dents.
A visage masqué il avance,
Il soupire se balance,
Doucement  vacille
Il rentre dans sa coquille.

Je te vois en haut de ta citadelle
Tu te sens pousser des ailes
Où les vents te mènent-ils ?
Dans quelle ville, vers quel exil ? 

Dans ce ciel plombé par tes silences
J'aimerais savoir à qui tu penses. 

Dans mes nuits tu viens encore rôder
Tu me joues une symphonie inachevée
Sous mon balcon, tu me chantes une aubade,
Et déclames une tirade
Tu m'invites pour une balade mystérieuse, 
Une danse langoureuse les yeux dans les yeux. 

J'ai revêtu juste pour te plaire
La robe que tu préfères
Je revis nos moments faits de tendresse,
De délicatesse,
La fébrilité de l'attente
Au rythme d'une valse lente.
L'ambiance feutrée de notre premier rendez-vous
Sous nos baisers passionnés, l'histoire d'un nous.
On savait pourtant que c'était un peu fou.

Dans la foule qui ondule
Et gesticule,
Paris, Gare de Lyon, les bruits, les odeurs,
Je me souviens du parfum de tes fleurs
Du battement de mon cœur.

Du regard je te cherche encore
mon chercheur d'or, 
Partout je ne vois que toi,
Toujours toi.
Je me surprends encore à attendre
De ta part un mot tendre
A espérer de tes nouvelles,
Une étincelle.
Après un été sans amour
Découvrir tes poèmes au petit jour
parsemés de mots velours. 

Comme passent les saisons,
Les amours se font et se défont
Dans les silences lourds à porter
Dans l'absence bête à pleurer.

Peut-être tout n'était que mirage
Balayé par l'éclair d'un ciel d'orage.

Lilia02- 16.08.2018

lilia02 dans Poésie.
- 93 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.