Blessures de frontières( Un cercueil à la Mer

Je te l'avais promi
De poursuivre mon histoire
Pour tout te faire savoir
Écoutes-moi mon petit.

Nous naviguions sur ce bateau,
Comme dans un cercueil,
Et la mer comme un tombeau,
Était le lieu du deuil.

En chemin les faibles mourraient
Les fort faiblissaient,
De soif et de faim.

J'avais pu résister
Grâce au sac mbanjock,
Que mama m'avait apprété.

Nous étions pareil aux buchettes,
Rangées dans une boîte d'allumette,
Comme des arachides grillées
Enbouteillées et scellées.

Il faisait chaud le jour,
Comme dans un four,
Nous subissions le froid de la mer,
Qui devint un cimetière.

Je me fit trois amis,
Deux nous avaient quitté,
Durant la traversée.

Par dessus bord jetés
Leurs corps submergés,
Régalaient les requins.

Ils nous suivaient le long,
De notre pénible voyage,
Faisant le nettoyage,
Sur cet horrible tronçon.

               ...À suivre

lutaire.nlomo9 dans Poésie.
- 45 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.