Bonheur pur

Posé dans le rayon chaud
les cheveux à l'écoute de l'azur
le Regard dans le vague ennui
mon esprit traverse les arbres de feuilles en feuilles.
Un nuage de Chants multicolores réveillent
mes sens incrédules dans le miroir du ciel
Les plumages innocents m'ignorent totalement.
Le Zéphir caresse ma rétine de ses longs poils soyeux
Je m'oublie, je m'abandonne, plongeant ainsi mon être
dans l'anesthésie des ondes présentes.
C'est un matin, c'est un jour, c'est une éternité
Calmement, je respire l'instant offert.
Merci

Nuage pâle dans Poésie.
- 283 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.