Bouchée close

J'avais fait taire ses mots ce matin là, trois
Ceux là qui croissent quand le désir et l'envie
Sévissent des fois alors que d’alcool la nuit
Efface notre âme et les vers décrits parfois.

Je lui ai dit: "Ces mots là ne sont pas pour moi"
Et plus bas j'imaginais à deux cette nuit,
Regrets de pudeur, jarretelles assorties,
Dépeinte mil fois en rêves de joie.

Vœux lascifs j'en garde encore l'eau à la bouche
De cette soif, de ce corps nu beau à la louche
De l'homme affamé à en être corrompu.*

J'en traduirai crayon et cyprine à la main
Tous ces mots dits hier dans mes vers de demain
Jusqu'à l'agonie ou à en être repue.

(*) "Péchés mignons", A l'ambre de Selenie, de Denis Trubert.

CrayonGris dans Poésie.
- 467 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.