Bouffées, puis-je bouffer

 
Bouffées, bouffées,  puis je bouffer
Ce monde par trop imparfait
Protéger, protéger  tout ce bel or
Etrange fou  trésor qui   sort
Des sueurs froides de nos  pores
Il brille au vue de  vos dents
vous les chapardeurs légaux, briguant!
De bénéfices qui frisent  l'intolérant
De spéculations qui terrassent nosaxiomes
Pour jouer au bon  économe
Avec tous ces pauvres  bonhommes
Qui ne savent pas trafiquer
Et ne voudraient  être niquer
Par ceux mêmes qui les arnaques
 
Loin du sain quiet de leurs baraques
Dans lesquelles siège haut,  morale
Où ils préfèrent chaque jour venir
Sucer le faux d'un bel avenir
Rogner le médire à servir
Boulotter la  vile pauvreté
Dans l'auge  de dures souffrances
Celle où  on leurs jettent arrogance
Au cri de : Vivons démocratie
Quand tous pour un, un pour tous est
L'âme de leurs faux , vrais discours
 
Enfant je ne veux plus jouer
A la balle des prisonniers
je veux être libre d'esprit
Cela n'est objet d'aucun  prix
Leur esclavage  grand déni
Est un abus  de leur folie
En témoigne tous leurs milliards
Pour se distraire au casino du tard
Je veille leur assiette de nanti
Pour leurs dire juste mon dit
 
Bouffées, bouffées,  chez les nantis
qui montent de leur mépris
Alors Je vous  ce dit
Consommez toute leur sante!
Leurs yeux n'ont peur du  grand ravage
Dans le corps d'enfants soufrant carnage
Quand ceux-ci vous idolâtrent , Dieu del'excès
Dont religion est de les mieux voler
Venez tous  jouer avec nous
A la balle des  gais filous
Celle où l'on aime le partage
Pas d'otage,  de commérage
 
Venez nous comprendre
il est notre jeu de l'unité
Seul! la vrai solidarité
Qui ouvre grandes  les barrières
De ce mieux vivre   tous ensemble
Au milieux d'un champs d'haricots
Pour profiter de  nos andantes
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1332 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.