BRISE MARINE

Ma chair est triste hélas!
Que de hasards! Que daléas!
Les oiseaux sont ivres
Parmi lécume des cieux.
  Dans mes livres,
  Je cherche tes yeux,
  Dautres nuages,
  Un autre visage.

Sur le papier vide
  Devant ma page blanche,
  Mon visage livide
Glisse sur ma planche
  A dessin, jinvente
  Dautres chants
  Que la mer chante,
Des notes docéans.

  Oh! Nuits!
  Labsence de vos clartés
  Me désuni!
  Oh! Nuits!
  Labsence de vos clartés
 M'ennuie!
Je parts, je lève lancre
  Vers la vie.
  De ma plume,
Séchappe cette encre
  De brume.

  Ah! Que dorages!
Ah! Que de naufrages!
  Sens-tu le parfum de la myrrhe
Envahir le son mélodieux de la lyre?

  La flamme projette son ombre
 Sur nos fronts pâles,
  Le brasier illuminant la chambre,
  Et, sous la pourpre du lit,
Ton corps de marbre rose se cambre,
  Ton corps dambre
  Sallonge et se cambre,
  Le lit dessinant tes plis.

  Tes cheveux noirs senroulent
  Sur ton torse dairain,
  Et dans tes bras sereins,
  Je menroule.
Ma chair erre sur cet ardent effluve,
    Et là, au milieu de létuve,
  Lon s'enivre au gré de cette riche harmonie,
Et demain, lon recommencera cette cérémonie...

m.dominique0153 dans Poésie.
- 965 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.