Brisee

Je suis brisée,
J'ai besoins de me sacrifier.
Trop de déception,
chuis en pleine dépression.
 Je suis seule, 
Et dans ma tête est le zbeul.
Je suis en plein désespoir,
Faut que je sorte un rasoir.
Sur les bras y a des plaies, 
Et maintenant j'éprouve du regret,
Le regret de ne pas avoir pris de médicaments,
A la palace de voir du sang.

Reckless dans Poésie.
- 191 lectures

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
tibootmary974 Il y a un autre tempérament qui ressent les vibrations des couleurs, qui apprécie les aliments délicieux, qui admire la ligne droite et la courbe, qui est touché et ému par la musique, qui se sent élevé par la beauté de la nature.
Le vivant est réceptif à tous les aspects de la beauté, la beauté en appelle à ses yeux, à ses oreilles ou à ses sens du goût ou du toucher.
La seule manière de s'éveiller à la vie au-dedans, qui est des plus belles, est de répondre d'abord à la vie au-dehors. Ce monde orné de toute sa beauté sans limites - la nature est sublime.
En se refusant à lui-même tout ce qui est beau autour de lui, l’homme ne peut être élevé, car si la beauté du dedans n’est pas le seul but de la vie.
Une personne éveillée à la beauté de la poésie, est prompte à admirer la subtilité d'un poème.
Une personne éveillée à la beauté de la mélodie, de l'harmonie, peut éprouver de la joie dans l'art et être élevée par la beauté de la nature.
L’homme est un être vivant. Il s'intéresse à chaque personne dans leur vie.
Quelqu'un qui est muré en lui-même se ferme; il a fait quatre murs autour de lui.
L’homme peut s’enterrer lui-même. L’homme vivant voit tout par nature.
Il sympathise avec tout, il répond à tout, il apprécie tout en tout le monde.
La lame n’est qu’un objet. La mort est dangereuse pour l’homme. Vous êtes déjà mort réveillez-vous à la vie. Vous n’aurez plus besoin de la lame que pour préparer vos aliments ou pour sculpter une œuvre d’art…
Je ne fais que plagier tous les grands maîtres de la sagesse à travers le monde.
Ma grand mère m'a enseigné qu'il faut s'ouvrir à la beauté de la nautre pour savoure la beauté en nous. C'est cela le secret du bonheur. La beauté de la vie trouve sa source dans la beauté de la mer, de la forêt de l'océan, du vent du soleil. Celui qui est aveugle à la beauté du monde est aveugle au richesse qu'il porte en lui et en la beauté de l'être humain.C'est tout un art de vivre que l'on apprend dès le berceau dans toutes les grandes philosophies qui célèbrent la vie.Ceux qui n'ont pas exprimenté cet enseignement sont voués à voguer sur les vagues d'un monde absude fermée à la beauté de la vie. L'Homme mort n'aspire qu'à une seule chose sa propre déchéance. J'apprécie le thème et le propos de votre écrit. Vous avez du cran pour aborder ce thème de la déchéance au coeur d'un monde ou la spiritualité est bafoué.
Reckless Merci pour ce commentaire
Lucie Laval Bonjour Reckless, un poème plein de désespoir mais très touchant...
C'est un plaisir de vous lire.

Le bel inconnus

Poésie  174  

Solitude

Poésie  350    4  

Sans titre

Poésie  151  

Vivre ou mourir

Poésie  343    3  

Le mal être (dépression)

Poésie  299  

Loin de toi >>>>>> Distance

Littérature  407  

Complainte

Poésie  96  

Dépression amoureuse

Poésie  109  

Je me suis suicidé

Poésie  1972    19  

Ah-non ! on ne m'y ...

Poésie  308    2  

Histoire 60

Inclassable  31    2  

commentaire d'henry Maldiney

Inclassable  479  

Marcel Proust - Sur la lecture

Critiques  725    2  

Turbulence

Poésie  521    6  

Entassement

Poésie  329  

nadia

Poésie  152  

LA BIPOLARITE SOUS TOUTES ...

Poésie  775    2  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.