CALUMETS

Entrés en résistance
les bambous craquent
opérés par le vent
qui bout à bout
cravache ses rafales
 
Arqués crissant
dans l’échevelé
tendu du va et vient
fouillant les silences
les bambous cabrent
les ombres qui se claquent.
 
Vibrisses végétales
clamant le ciel comme
respiration
à partir de l’humide qui nourrit
les bambous inaugurent
leurs propres fantômes


Aux carrefours des fissures
les bambous réclament
l’invisible rayé
qui les crépite
dans leur complot de cannes
 
Comblant la terre
les bambous se dépêchent
aux saccages du vertical
en souples éclaboussés
 
Au carré de leurs chuintements
s’accorde
l’écart qui les malmène
dans leur carrure flexible
graminée grégaire
bambous grognons

DELAOUJESUIS dans Poésie.
- 1325 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.