Camp-Perrin (1an après l'ouragan matthew)





Voilà Camp-Perrin renaissant
Offrant à ses enfants
La fraîcheur et la verdure
Des feuilles qui dansent dans la ramure
Des arbres couverts de fruits
Tout est bien paisible comme la nuit
Les ruelles sont fleuries
Et on entend le clapotis
Des rivières cristallines
Qui serpentent dans les collines
Les oiseaux choeur joyeux
Les rendant très heureux
La douceur des chemins ombreux
Et la chanson du vent
Les accompagnent tendrement
Du matin jusqu'au soir
La ville leur offre son beau minois
Son beau minois d'antan

Marguerite Voltaire


De Margotin dans Poésie.
- 160 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.