Cauchenar en cuisine

Passoire à nez
Morve pâteuse
Presse purée à doigts
Râpe à l’œil
Le tout mélangé à la sauce
Saucière de sang coagulé
Le cuisinier du cauchemar
Et le cannibalisme en vapeur

Passoire à ventre
Entrailles en boudin blanc
Le tout haché aux fines herbes
Il est temps de mettre au four
Température élevée
Une heure à cuire
A tables messieurs les curés
La curée commence
Festoyez à volonté
Mon corps vous est légué
Alléguez pour être le gouteur
A votre bienveillance
Vôtre « gouleillance »

Fabien Rogier dans Poésie.
- 968 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.