Cendrillon.

CENDRILLON (La merveilleuse histoire de ) by Marthy

Industriel du Nord de la France, le mec était veuf.
Mais il avait une fifille quil adorait, Sandrill.
Il se dit quil fallait donner une mère à sa rejetonne …
Il épousa donc une veuve tenancière de bistroquet qui elle-même avait deux filles Anastasy and Javotts, aussi c.onnes lune que lautre et moches comme leur mère …

Mais, le vieux mourisut.
Et il laissut Sandrill aux six mains de ces mégères ménagères.

La vieille, qui haïssait Sandrill, lui donnait à faire la plonge du bar et le parterre des pieds à laver à la main.

Le Maire du village eut lidée de marier son rejeton de 45 balais, encore puceau.
Pour se faire, il organisa une rave-party sur le terrain habituellement destiné aux Roms quil avait foutu dehors pour loccase …

Anastasy and Javotts furent invitées, mais pas Sandrill, la pôvre !

Elle se rendit sur le parking de Marché U, les nouveaux comme Hersant, pour hurler son désespoir, elle qui aimait tant la Dance Music !
Quand elle eut finit de hurler et quelle devint aphone le téléphone dune cabine subexistante lui creva le tympan gauche.
Cest donc de loreille droite quelle décrocha.

- Sandrill, arrête de gueuler, cest moi Misstoufle ta fée marraine, tu vas aller à la rave toi aussi. Jte nippe un peu mieux car jte trouve craignos immédiatly !

Sandrill fut dun seul coup transformée. Son Jean se troua aux cuisses et aux fesses ainsi que son tee-shirt au niveau des seins. Elle était parfaite !


À lentrée le distributeur de tarpé accrocha Sandrill qui passait. Mais elle refusa, elle qui était plutôt Canabis pur.

Une bousculade incroyable lui fit perdre une de ses boots en peau de Caïman du Zaïre.
Mais, elle était tellement heureuse quelle ne sen rendut pas compte, ah, la la …

De leur côté Anastasy and Javotts essayaient de séduire le fils du Maire et la mère du fils, on sait jamais…
Lui, gros nulos , ne comprenait rien et souriait comme un débile quil était.
Quand tout à coup soudain, il trébuchit sur une boots en peau de Caïman du Zaïre et il resta bouche bée dun si petit panard …

- À qui qucest la belle boots en peau de Caïman du Zaïre, quil dit …
Personne ne réponda !
Comme il était, non seulement con, mais colérique, il décida de faire essayer le truc en peau de machin du bidule à toutes les meufs ici présentes.
Bien entendu, les deux frangines se précipitèrent. Mais comme elles chaussaient du 43 elles durent passer leur tour de contrôle …

Arriva le tour de Sandrill, qui sétait un peu chtarbée au Guignolet Kirsh entre deux et qui enfila lengin.
Et il rentra !
Du coup, le Mère du fils (non, le fils du Maire) lépousa sur le champ de pavot voisin et ils vécurent teureux et hure pleins de …nenfants !


BONNE NUIT, LES PETITS !

bourguignat.gerard dans Poésie.
- 816 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.