Ces êtres là

Pour quelques-uns,
Leur vie se résume à haïr les autres,
Non pas de manière à faire souffrir l'autre,
Mais à prendre plaisir dans leur âme de briller
Dans la noirceur des ténèbres.

Il y a dans leur passage,
Des traces sombres
Qui s'éteignent
De ne pas aimer.

Et dans leur euphorie jubilatoire,
Ils s'enfoncent derrière leurs volets clos,
Comme on pose des œillères à un cheval
Pour avancer dans une ligne droite
Tortueuse et sinueuse
En forme de veines de cœur.

Mais sans cœur.

Ils ont la couleur de l'Ibis royal
De l'ancienne Egypte,
Le sang nauséabond
Et desséché
Sous le dôme de leur impuissance.

Une perpétuelle solitude
Constitue le ciment de leurs murs.
Et s'emmurent dans un silence
Pesant
Hivernal.

Il ne faut pas les plaindre,
Ils sont beaux loin des autres.

Il ne faut pas les plaindre
Quand ils geignent
De hurlements silencieux.

Ce serait perdre trop de temps 
A vouloir comprendre
L'incompréhensible.

Hubert-Tadéo Félizé dans Poésie.
- 140 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Ces êtres là

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Picardie C'est le discours de la haine .
ARTISTE DE L'ART Ces êtres là, ne devrions nous pas leur tendre la main ?
Savent ils que cette voie est une impasse ?
Aveuglés qu'ils le sont, libérons les plutôt
L'Amour ne perd pas de temps à vouloir,
vouloir comprendre pour rendre meilleur.
Cette haine envers les autres est
L'expression de leur peine en cette solitude
Qu'ils ignorent comment combler
Parce que persuadés d'être là, au bon endroit
Eux ces êtres là, las.
Hubert-Tadéo Félizé Tout à fait c'est le discours de la haine. des êtres étranges qui sont remplis de violence, de despotismes et du pouvoir de l'argent.

Oui tout à fait Artiste de l'Art, mais peut-on tendre la main, ouvrir son cœur à ceux et celles qui nous assassinent, nous spolient notre liberté et s'enrichissent sur notre dos ?

Un jour viendra où tout le monde sera égal, fraternel et libertaire. Un jour quelque part au Paradis, Eden ou quel que soit le nom que l'on donne à ce lieu bienfaisant.

Marc de St Point Il faut plus les plaindre que les détester, ne nous mettons pas à leur niveau, nous risquons d'avoir mal au dos, leur niveau d'humanisme est si bas.
Modifié le 12/01/2018 à 16:10 par Marc de St Point
Picardie Pourquoi associer l'Ancienne Egypte et l'Ibis Sacré à la Haine ; Un oiseau mythique et le secret des Pyramides, ce qui est beau reste beau et immortel, et "la Beauté excuse tout" . C'est Sacha Guitry qui l'a dit
Bernard Pichardie La haine
... une chaîne
qui entraîne
vers une benne
(à ordures ! ! !)
amicalement
Bernard
Hubert-Tadéo Félizé L'Ibis royal est le maître des écrits, c'est une parabole sur le savoir des Despotes face au peuple sans connaissances.

Absinthes

Poésie  68    7  

Je me plais à rêver (à ...

Poésie  165    9  

Dans ma rue

Poésie  350    14  

Année 2018 et des poussières

Poésie  131    7  

Rencontre avec Joe Black

Poésie  223    8  

Le poète et les lectrices

Poésie  126    8  

Pardon

Poésie  80    15  

N° 31661 – Charlotte Delbo

Poésie  171    12  

Angles-sur-l’Anglin

Poésie  274    8  

Hommage à France Gall

Inclassable  219    12  

Les tambours du coeur

Poésie  162    8  

Le sablier

Poésie  267    13  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.