C'est mort, C'est l'automne

La nuit à peine tombée dans mon trois pièces je me sens abandonné 
J'ai beau chercher quelqu'un qui pourrait être a mes côtés mais j'ai jamais trouvé
Sur mon Ordinateur je pense, j'ai peur 
Je meurs seul de l'intérieur avec mon ordinateur  Vue l'heure je pourrai dormir Mais l'envie m'en manque 
Légèrement perturbé je me dis qu'il faudrait me coucher 
C'est la au bout de dix minutes qu'il débarque 
Je n'ai pas vue l'heure passer il est déjà Sept heure et je dois me doucher Le matin est au rendez vous 

je ne sais pas vous 
mais personnellement même si je me dévoue 
Toute la nuit jusqu'au matin je reste debout Comme une envie de partir de ne plus être la 

Ne jamais dormir , ne jamais avoir un " je t'aime mon cœur "
Tout ça me brise le cœur et c'est pour ça que je pleure 
La nuit je dors pas je reste la et je pense a toi Dans ma tête ça raisonne , ça pardonne 

Mais au fond de moi ça frissonne 
Comme si je n'étais pas a ma place 
Simplement comme si je n'étais qu'une tache Une fois la nuit finie

je posais mon ordi 
je prenais une douche 
Pas un mot retenti , pas de son résonne 
Il n'y a personne dans l'appartement monotone 
Personne s'est rendu compte que je suis mort depuis l'automne 

Franck Smallt dans Poésie.
- 1025 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.