Cette nuit dans mon rêve

Cette nuit dans mon rêve,
J’ai vu, penché sur moi,
Vide, flasque et sans sève
Ton visage en émoi.
C’était toi, ma merveille,
Et tu me regardais.
C’était toi, mon soleil,
Et tu me contemplais
Comme un tableau étrange
C’était bien toi, ma fleur.
Et ton doux regard d’ange
M’a frappé droit au cœur.
De ton œil un peu clos,
Une larme a coulé
Comme une goutte d’eau.
Et tu as murmuré :
« Pourquoi es-tu parti ?
Reviendras tu un jour ?
Regarde, bel ami :
Mon cœur pleure toujours.
Viens, viens le consoler,
L’amuser comme avant ;
Comme avant, le bercer
Comme on berce un enfant.
Qu’il ne gémisse plus
Mais qu’il batte plus fort
Comme lorsqu’il t’a vu
L’an dernier à ‘Sable d’Or’.
»
Cette voix dans ce songe
Pour mon cœur en langueur
Que la nostalgie ronge,
C’était le pur bonheur ;
Et j’aurais tout donné
Pour le coup de baguette
Qui put tout transformer
En temps réel et net.
Mais c’est sans s’annoncer,
Qu’une lumière rose
Est venue t’effacer,
Me laissant tout morose.
J’étais seul, aux orages.
Un rayon de soleil
Caressait mon visage
Et inondait le ciel.
Une larme isolée
A glissée sur ma joue,
Le goût amer-salé
D'un manque d’amour fou.
Le regard dans le vide,
J’ai écouté mon cœur
Au train encore turbide
Soupirer de langueur…
Tu étais bien trop loin
Mais ta voix était là.
Toi et moi, c’est certain
La vie nous réunira

Constant dans Poésie.
- 1783 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.