CHALEURS

Une fenêtre se plie
au feu des reflets
qui la décroisent
dans son après-midi
en épaisseur de flammes.
 
La maison renversée
se divise aux regards
des branches blanchies
allumettes qui soutiennent
les lumières sur la surface moirée
en développement de braises.

Le soleil accroche quelques tisons
au cou du jour
qui s’ouvre page fripée
d’une calcination remodelée.
 
Le ciel se développe
à plat sur les souffles
qui font tourner
dans des poses d’avion
des ventilateurs exagérés.
 
L’air est broyé
par les ombres en rideaux de cendres
qui s’alignent sur les murs
et glissent sur les poussières
aux angles des absences fondues enchaînées.
 
Les respirations sont sombres,
presque combustion des paroles
coincées entre des silences de pluie.

DELAOUJESUIS dans Poésie.
- 1165 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.