Cigala, cicada

Parce quune cicada omi chante lamour,
De ses cymbales ségrènent les notes
Dun chant digne des troubadours
Pour quune jeune damoiselle saute
Au cou de ce musicien si bien timbré.

La chaleur écrasante et, lherbe verte
Tendrement remué, tendrement clairsemé
Vient se mêler dans mes cheveux décolorés
Par la folie de racines grimpantes alertes
Le long de mon corps démantibulé.

La terre me possède de toute sa vigueur
Tandis que la mer me promet monts et merveilles
Cest pourquoi lorsquaux premières lueurs, je méveille
Je suis paré de mille atours qui me rendent force et bonheur
Je suis un nouvel homme chaque matin, émerveillé !!!

Bar_Tabass dans Poésie.
- 1118 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.