COEUR ET AME

En mini car de M'Bahiakro,je revois mon insouciance
l'insouciance de ma tendre enfance
où on courait nu pied dans le sable rouge et fin
battant des ailes la pluie qui venait ruisseler les passages anciens
son beau parfum d'opium qui embaumait ma vie d'antan
j'expire la senteur fraîche de l'immuable harmattan
réconciliant mon être à un bonheur nostalgique
je chuchotais à ses oreilles des mots magiques
le bon vieux temps de mon enfance
qui berce mon âme et fait frémir mon coeur
ma case chaude qui traîne l'obscurité au fond des douceurs
elle me caressait mon corps noir nature d'un geste étendu
j'entends son souffle frapper au seuil de mon cou nu
brulant de le clair de lune mon esprit revit
allez encore loin?je n'en ai plus envie.
Limpides larmes de joie;terre dans ma chair
volupté de bonheur dans ce paradis noir qui m'est si cher

hommesonsacre dans Poésie.
- 1024 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.