Confession d'un ingénu,

J’ai honte de ce que j’ai pu penser,
Mon Dieu, je mérite des fessées.
Dans mon péché d’un innocent,
C’est le Diable qui me provoque.
Mais je ne veux pas, crois moi,
Ni des rondes, ni des charnues
De ces fesses de pomme dodue
(Tu dois me pardonner  
d’avoir à les prononcer)
Ce que je veux, par le saint esprit
Tout ce que je désire, voici :
Regarder par le petit trou de la clef
Quand elle sort de son bain moussé,
Mouillée.
Mon père, c’est trop demandé ?
Mon fils, ton péché sera grave
Et lourd en conséquences,
Viens donc me voir,
Après,
Et tu me diras  de chaque acte
En détail, tout ce que t’as vu
Par ce maudit trou.
Mais attention, n’oublie rien,
Faute de quoi,
La punition doublement pèsera.
Va !

Maître, c’est quoi la morale ?

Se confesser, c’est un tabou
L’abolissement de nos péchés,
Mais le soulagement en vrai
Ca vient du petit trou.

cornelius dans Poésie.
- 969 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.