Corsica…

                                        Quel est donc ce pays ? Sans y avoir vécu,
                                        Que mon âme pleure, d’avoir toujours connu ?
                                        Peut-on naître en un lieu, penser venir d’ailleurs ?
                                        La graine vole au vent, vers ce qu’elle croit meilleur…

                                        Je te sens, tu es là ! ...Pourquoi m’appelles-tu ?
                                        Y a-t-il dans ton sang, quelques sirènes nues ?
                                        En mon cœur tu fredonnes : « Retour de l’Enfant » ;
                                        Mon esprit s’épuise, des règles qu’il défend…

                                        Le soir en fermant les yeux, je pars dans le maquis,
                                        Je croise le berger, c’est ici qu’il naquit,
                                        Il respire, par les poumons de sa terre,
                                        Riche et grisé, de ses senteurs printanières…
                                 
                                        Le poète est assis, contemple sa plaine,      
                                        Les yeux humides, il lui confie sa peine,
                                        Improvise un chant, « di Lingua Materna »,
                                        Et là ! ...Le crépuscule atteint le nirvana…

                                        Quand la montagne, la nuit revêt son châle,
                                        Quand la cime, enfin touche les étoiles,
                                        La voix de l’homme, résonne ancestrale,
                                        Alors il l’entend…La montagne lui parle !...

                                        Elle sait trouver les mots, comme une mère,
                                        La source nourricière, point éphémère,
                                        Aime tous ses enfants, mais non leurs ambitions,
                                        Et se l’accaparer, est une humiliation…

                                        Quel est donc ce pays ? Ce rocher émergé,
                                        L’Éden qu’Adam et Eve, ont un jour partagés ;
                                        De la voûte céleste, une étoile est tombée,
                                        Pour traverser la mer, en quelques enjambées…

                                        Je vois tes calanques, beautés insolentes,
                                        Rayonnantes le soir, aux couleurs brûlantes,
                                        Qui désigne le ciel, pour lui rendre hommage,
                                        Demander grâce, pour qu’elles restent sauvages…

                                        Tu es son blason, la belle bleue est fière,
                                        Jalouse, elle fait de toi sa prisonnière,
                                        Va et vient sans cesse, à tes pieds depuis toujours,
                                        Parfois se déchaîne, mais c’est par amour…                                 

                                        Tes falaises, semblent dominer le monde,
                                        Paisibles et grandioses, bercées par les ondes,
                                        Hautaines, bravant l’horizon avec panache,
                                        Création qu’un Dieu, coupa d’un coup de Hache…

                                        Ton grand cœur se cache, derrière ta fierté,
                                        Qui fit ton histoire, que je ne puis conter ;
                                        L’aventurier sommeille, mire l’horizon,
                                        Au loin le continent !... Est-ce une déraison ?...

                                        Curieuse jeunesse, qui croit être en cage,
                                        Avec lui, tout son village prend le large,
                                        Curieuse sagesse, qui croît avec l’âge,
                                        Pour lui, le retour est un pèlerinage…

                                        Quel est donc ce pays ? Maquette du monde,
                                        Où l’indifférent, sous son charme succombe ;
                                        Il rappelle l’enfant, parti sur les chemins,
                                        Perdu sans racine, croyait être orphelin…

                                        Le berger chante encore, sa parabole,
                                        Et vers la plaine, il envoie ses paroles :
                                        - « Répond à ton pays, sans y avoir vécu,
                                        Tes ancêtres étaient là, et eux l’ont bien connu…

                                        On peut naître ailleurs et revenir ici,
                                        La graine vole au vent, enfin te voici »
                                        L’homme a aimé sa terre, encore plus que sa vie,
                                        Son âme chante encore, avant le paradis…

                                       J’ouvre les yeux, maintenant c’est l’aurore,
                                       Comme un bouton d’or, la plaine va éclore,
                                       Le soleil conquérant, arbore ses rubis,
                                       Merci à toi berger, d’appeler tes brebis…

Retrouvez mes poésies-vidéos sur la corse:  https://poesiesvoiretentendre.wordpress.com/4-la-poesie-en-corse/

Noel Turo dans Poésie.
- 50 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.