COULE LA SEINE

              C'est un sein

              c'est un lien        

 ref.      c'est aussi la glace et le sang

              tous les messages aux vivants

              d'une eau qui coule en chantant.



              Tête grisée

              les yeux détachés

              le dos vouté

              blouson délavé

              je suis les quais

              d'un pas fatigué.



              La seine Paris

              un fleuve et sa vie

              charrie sans bruit

              l'histoire ses ennuis

              tout aujourd'hui

              comme aux Parisis.



             Elle berce Paris

             de son clapotis

             ville bien enfuie

             sous draps de la nuit

             berges endormies

             sur ce ruban gris.



              Il est bien tard

              mais j'ai un regard

              qui tel un phare

              a pose son dard

              pour un fêtard

              sur le pont des arts.



            Mes pas résonnent

            et les pavés tonnent

            là je frisonne

            le matin qui sonne

            les sons bourdonnent

            la nuit m'abandonne.

Aveudoux dans Poésie.
- 188 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.