critique poétique

Feuille de papier
Papier vert
Vert plein de vers
De vers embrassés.

Embrasse-les
Laid sont-ils
Sont-ils au moins utiles
Utiles et plein d'intérêt.

Écrits sans pieds
Sans pieds comptés
Compter ces vers
Me tend les nerfs.

Six mono syllabes
Syllabes ou pieds
Pieds qui se baladent
Se baladent dénudés

Nus comme des vers
Des vers en liberté
Liberté pour profiter
Profiter de l'absence de Grammaire.

Celle-là trop sévère
Sévère et pointilleuse
Pointilleuse se met en colère
Colère orageuse

Pour une virgule
Une virgule manquée
Manqué de si peu au ridicule
ris du cul elle va t'humilier

J'aime Apollinaire
Apollinaire lui
Lui pas comme Voltaire
Fut fidèle à Grand-mère .

En toute liberté
Nu comme un ver
Tous ses vers
Pouvaient se balader

Pas comme chez Clement
Clement Marot
Marot dans son chant...
De mai et de vertu

J'ai aussi remarqué
Remarqué Boileau
Boileau le désordonné

Sa part de sonnets
Sonnets sans strophes
Strophes avec des traits
Très à la limite d'une catastrophe

Tout un sonnet
Sonnet sans partitions
Malgré tout magnifique
Son Art poétique.

Ma dernière danse
Dense fut le rondeau
Le rondeau de Rondeau
Ce fut intense

Une vraie forme fixe
Ce grand Rondeau
Ho c'est si beau

Allez-vous-en, allez allez
Souci, bla bla bla
J'ai aimé ça
Il me fait danser

Huit pieds en avant
Quatre embrassés
Quatre croisés

Huit pieds en arrière
Quatre embrassés
Deux isolés

Quatorze vers
Pour danser
Comment ne pas s'y plaire?

J'aime la liberté
Mais Grand-maire
Aime la l'égalité

La littérature
C'est sa ville
Il est très fébrile
À radier en mésaventures
Ceux qui viennent s'amuser.

lutaire.nlomo9 dans Poésie.
- 53 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.