CYPRÈS

Sous le pinceau du Caravage,
une cohorte de cyprès
tient en respect le paysage
et se prépare au pas d’après.

Est-ce à présent que tout s’éclaire
et se dénude jusqu’en bas ?
Mais la réponse est un tonnerre
en haut que je ne comprends pas.

S’enracinant dans le silence,
la soldatesque des cyprès
s’enfonce autant que je m’avance
et que mes pas sont indiscrets.

Est-ce à jamais que tout s’efface
et se consume dans la nuit ?
Mais la réponse de l’Espace
est en deçà du moindre bruit

Philippe Martineau dans Poésie.
- 283 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.