Dans cette fange qui frÉmit.

DANS CETTE FANGE QUI FREMIT.


Il y a de ces secondes
Ou le vide tengloutit.
Être las, âme vagabonde,
Sen trouvent tout abruti.

Le chaos dans tes circuits,
Une chute dans limmonde,
Qui te suçote à grand bruit.
Cest que la casse est profonde !

Bruit de sanie qui tinonde,
Jets de vaines calomnies !
Bruit de tes tripes qui grondent,
Souvenirs de vilenies !

Il y a de ces secondes
Ou la beauté de la vie
Semble échapper à la ronde
Des envies inassouvies.

Et puis ta survie en sonde
Tu te dis : Cest un pari !
Comme sur un dernier monde
Te voilà qui atterris.

Sur les fientes qui abondent,
Tu tenfonce et tu frémis,
Vie et mort se dévergondent,
Au jeu ami- ennemi.

Il y a de ces secondes
Où ton âme à lagonie
Entre dans ce demi monde,
Où règne la zizanie.

Lamour perd de sa faconde
Dans cette chute , avanie,
Que les deux sœurs moribondes,
Guettent en catimini...

Dans cette fange qui frémit.


Et... grand Merci au poète de JEPO
qui m'a aidé au réequilibrage;)

Nayhenni dans Poésie.
- 880 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.