DANS LA CAMPAGNE

   

      Avec un grand orme, pour ultime rempart

     prés de la colline, ou se meurt le blizzard

      juste un toit ocre, sous taches de mousses

      comme un trait de pinceau, une touche rousse.


      Avec ces nuages bas, et ces quelques  pas                

      elle se présente à moi, devant l'orée du bois  

      quatre murs de pierres, sous sureaux et lilas  

      une porte ouverte, laissant filtrer des voix.  



      sous le soleil d'été, écoutez la craquer

      sous la bise l'hiver, écoutez la pleurer



      Avec une cheminée jetant son filet gris

      qui monte en fumerolles et puis s'évanouit  

      et faire son chemin, de petites couronnes

      pour finir caressant, ce brouillard d'automne.  

                                         

      Avec un potager, et ses plans alignés    

      géométrie carrée, de l'ordre jardinier  

      mais encadré de fleurs, pour se faire pardonner

      d'un univers cordé, ou tout est ordonné.



      sous le soleil d'été, écoutez la craquer

      sous la bise l'hiver, écoutez la pleurer



      Avec l'heure pointée, au rythme du clocher

      le temps semble bercé, du matin au coucher  

      ou un tremble chantant, sous la brise en passant        

      vous fait pour un instant, voyager sous le vent.

                                                                         

      Avec une bruyère, prés de la coulée  

      qui semble reposer, sur le gazon mouillé

      juste au pied d'un banc bleu, à l'accoudoir cassé

      ou se lèche un chat noir, vous regardant passer.  


      sous le soleil d'été, écoutez la craquer

      sous la bise l'hiver, écoutez la pleurer

Aveudoux dans Poésie.
- 237 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.