Dans un coma profond

J’aimerais, mon amour, te montrer autre chose
Que ce corps condamné, où la vigueur  a fui
Marcher à tes cotés même en pensée je n’ose
Je ne peux que t’aimer et le jour et la nuit

Si tu savais amour que je ne suis pas mort
Je n’entends plus tes mots mais ta chaleur m’enflamme
Je vais lutter pour toi contre ce coup du sort
Te sentir près de moi  minimise ce drame

Pour vivre encore un peu je peux vendre mon âme
Mais le diable s’en fiche il n’est pas mon ami
Maintenant tu es là ta présence me calme
Je t’aime comme un fou je suis au paradis.

chavigner dans Poésie.
- 52 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.