De quels pleurs sommes-nous...?

A n'être que chagrine, une larme parfois
Exsude de son sel une extase coupable,
Et l'on sourit alors de ce bien-être instable
Que notre humanité sécrète en ses émois.
 
De quels pleurs sommes-nous quand l'épreuve féconde
La gamme de douleurs, intense et séculaire,
Et que danse, à l'envi, en ballets mortuaires
L'ombre diaphane d'une âme d'outre-monde ?
 
Sommes-nous du côté de la noirceur des choses
Au point d'en épaissir l'obscurité fun'este
Qui recouvre à jamais, pour peu qu'il nous en reste,
La mémoire d'un rêve où cette âme repose ?
 
Ou bien demeurons-nous, incertains et distants,
Sur la rive ensablée d'un fleuve qui s'écoule
Aux courants chahutés d'un cœur qui tourneboule
A se dire, en conscience éphémère du temps,
 
Qu'il est doux d'être en peine… pour se croire vivant ?

Fanch dans Poésie.
- 1035 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.