Déesse

Dans l'insolence de sa jeunesse,
Toute en sveltesse
Habillée d'une courte jupette,
N'a qu'une idée en tête
Lui montrer ses prouesses.

A cette diablesse,
Rien ne sert de lui chanter la messe ! 

Lundi, tout l'oppresse , elle étale son stress, ses faiblesses.
Mardi, rien ne presse, elle paresse dans sa forteresse.
Mercredi, Il faut que cela cesse, elle se redresse pleine de robustesse.
Jeudi, elle se fait tigresse, vengeresse. Attention à l'ivresse de ses caresses !
Vendredi, elle se fait une promesse : devenir sa maîtresse, et à toute vitesse !
Samedi, elle joue les princesses, dénoue ses longues tresses avec délicatesse. 
Dimanche, elle se veut prophétesse et se montre pleine de sagesse. 

C'est décidé, puisqu'il s'intéresse à ses petites fesses, 
Déesse, enchanteresse, sera son hôtesse, sa doctoresse...

Avec finesse, sans maladresse,
Avant la vieillesse, 
En parfaite traitresse, le dépouillera de toute sa richesse...

Le 19.11.2017
Lilia02

lilia02 dans Poésie.
- 369 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.