Defaillance de la vieillesse..

Je cacherai loin de mes yeux
La plume et mon papier
Evitant parler de moi
Si la vieillesse m'attristait


La Défaillance de la vieillesse
Garde toujours une flamme d'allégresse
Et mes joues se colorent encore de rose
Pour vous pour parler de la chose

J'ai un certain âge et les cheveux blanc
Le printemps m'invite à quitter son jardin
Je vais prendre le congé qu'il me donne
Et demander à l'automne de retenir ma main.

L'eau vive s'est enfuie en gazouillant
L'automne enfoui dans ses eaux troubles
Les temps heureux les souvenirs d'antan
Et la vie danse d'un pas chancelant.

Au parfum de l'été qui s'est éventé
Se mêle les bonbons démunis de couleurs
Une a une les lampes baissent d'intensité
L'orchestre s'est tu...La cloche va sonner.


L'épreuve ainsi reçu n'est pas suffisante
Le plaisir de l'automne a nul autre est pareil
Les dernières heures peuvent être réconfortantes
De ce pas je m'en vais voir le lever du soleil.

mamida dans Poésie.
- 810 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.