Délire printanier

                          Insouciance du printemps... Routine ! Tout se répète et reprend sa place…
                                      Puis un jour, nostalgie des printemps qui ont changés …
 
                                            Saison délirante aux talents capricieux,
                                            Le Printemps a chaussé ses bottes de sept lieux.
                                            Poète fou, il arpente la campagne,
                                            Redonne vie, enjambe vals et montagnes.

                                           Des oies sauvages, racontent leurs voyages,
                                           Pleurent les mères restées dans les nuages.
                                           Perché, le corbeau admire son ramage,
                                           Goupil le renard, lui rend hommage !...

                                           L’hirondelle en queue de pie, tenue de soirée,
                                           Reprend son nid douillet, de la saison passée.
                                           L’amoureux pus hardi, déclare sa flamme,
                                           Pour la vie !... Inséparables corps et âmes…

                                           Bêche à l’épaule, mon père va au jardin,
                                           Ma mère pensive, fredonne un refrain ;
                                           Je suis là !... Enfant, insouciant de mon âge,
                                           Sans savoir que le printemps tourne une page…

                         Depuis l’automne est venu, puis l’hiver et d’autres printemps…
                                          Même les feuilles mortes ont disparu…

Noel Turo dans Poésie.
- 295 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.