DCIM (Des vieilles photos)

Des vieilles photos
Violente est la gifle du temps sur nos gueules enfantines

Des vieilles photos
Des vieux souvenirs
Des vieilles blagues qui reviennent et font rire tout seul
Des vieux potes
Des vieilles musiques
Des vieux espoirs des vieux rêves
Des voix muées
Des sentiments décidément muables

Des vieux regrets, amers, flous
Dans de vieilles photos floues
Des peaux lisses et des sourires appareillés
Des vieilles photos
Des révoltes polissées
Tant d’êtres dissous par l’acide social

Des vieilles photos
Des flashbacks, des parfums
Des goûts plus purs qu’aujourd’hui
Une ouïe plus fine
Des nuits plus longues
Des vieilles photos

Le souvenir surtout de plus d’insouciance
Moins de joies factice dans mes souvenirs surrex’
Innocence et assurance qui n’ont pu murir
Saignées trop vite par nos bons apôtres

Des vieilles photos
Et certaines parmis elles me frappent par leurs couleurs
Par tant de couleurs : ocre brique, blondeur blé
Gris vert bleu violet - des yeux
Des vieilles photos
Le temps n’est plus une ligne

Nisib dans Poésie.
- 177 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé DCIM (Des vieilles photos)

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Marc de St Point Comme cette belle réflexion est juste, et " violente est la gifle sur nos gueules enfantines" un temps merveilleux, loin de la technologie à outrance, de la superficialité, et de l'individualisme. Ceux qui n'ont connu ce temps, ne peuvent pas vraiment comprendre notre nostalgie légitime.
( Belle des Bois) Ces vieilles photos sont bien rangées dans notre mémoire, une sacrée claque quand on les regarde !!!le temps est assassin...........
Nisib Ayant 18 ans Marc, je n'ai jamais connu de temps sans omniprésence de technologies de pointe, mais en tout cas il est sûr qu'un temps loin de la superficialité et de l'individualisme est commun à tous et s'appelle l'enfance ou carrément la jeunesse. Je crois que c'est un grand paradoxe de l'humain, lorsqu'il abandonne ses rêves et ses désirs, que d'être à la fois le plus égoïste et le plus mouton du monde

Le ciel est mon bandeau

Poésie  871    2  

En courant vers la douceur

Poésie  329    7  

Le manque

Poésie  33    4  

La fatigue

Poésie  122    4  

Neige (haïku)

Poésie  162    7  

Vanité du quartier de la gare

Poésie  52    7  

Faudrait faudrait

Poésie  63    4  

Nuit de mars (haïku)

Poésie  235    2  

Étrange tranche de vie

Poésie  47    9  

Angoisse (écriture ...

Poésie  1058    4  

Je brûle tes lettres

Poésie  952    4  

Qu'est ce que je fous là

Poésie  974    3  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.