Devant moi...

Devant moi, c’est l’ennui, l’affaissement, la noue.
Qu’en peuvent dire tant et tant de faibles mots ?
Je ne sais la couleur ni le poids de mes maux.
Je ne vois que grisaille où l’esprit se dénoue.

Il tombe des regrets, las, si las sur ma joue,
Des regrets sinuant dans leurs lits lacrymaux,
Et qui courent si loin de villes en hameaux
Par tous les films usés que le cœur se rejoue.

Quel soir, quel soir amer évoque d’autres soirs ?
Quelle ride profonde écaille les miroirs ?
Je ne me souviens pas d’avoir été poète.

Mon langage falot, exsangue, irrésolu,
Comme arrêté sous l’œil de l’horloge muette,
Sans voix se décompose au milieu de la glu.

Thierry Cabot (La Blessure des Mots)
http://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-blessure-des-mots/

Thierry CABOT dans Poésie.
- 52 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.