Dieu avait mis un kilt, y a du avoir des fuites

Je précise d’emblée que je ne rajouterai pas une couche au blasphème qui se dessine en abordant ce thème sous l’angle de l’incontinence, je devrais sinon prendre moi-même la fuite.

Dieu avait mis un kilt, cela devait rester secret mais il y a eu des fuites, le monde entier ne parle plus que de ça, des photos circulent sous le manteau, les débats s’enveniment, ce kilt met le feu aux cultes.
Abasourdis lors de l’annonce, les clergés contre-attaquent et veulent porter l’accent sur l’existence de Dieu enfin révélée, mais le mystère n’est plus, et la foi vacille, privée de ce qui la porte, le fait de croire aveuglément.
Quant à moi, je comprends mieux pourquoi sous toutes les latitudes, la robe, sous tant de noms (aube, chasuble, robe de bure, Kittel, gandoora…) se porte en religion, sans doute un délit d’initiés, ils connaissaient la « garde-robe » du très haut et s’en inspiraient tous.
Pour tous ceux-là, une bonne nouvelle : Dieu reste donc un homme, les femmes restent en retrait et ce débat sur le genre de Dieu, bien plus gênant que celui sur le sexe des anges est enfin tranché.
Mais reste le reste, tout le reste : Dieu serait-il donc écossais, peut-être même roux, bourru mais chaleureux, aimant la pluie et le whisky, jetant des troncs d'arbre et comptant ses sous. On savait que Dieu avait de beaux saints, on lui découvre des jambes et tant d’attributs humains.
Comme d’habitude, très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas, malgré toutes les demandes de tous les grands médias. Dieu, celui que tout le monde ne connaissait que de nom, est croqué de toute part, les photos sont confisquées au nom de l’ordre public et du respect des fidèles. Les kilts fleurissent sur la planète, la journée de la jupe jubile, le moyen-orient l’interdit aux femmes, les exégètes en fixent les règles, la longueur, les couleurs, le pape le porte blanc, d’autres choisissent le noir, le rouge, le vert ou le multicolore.
On le décline sous toutes les formes, lui associe des accessoires, le tartan (étoffe de laine à carreaux de couleurs, typique des peuples celtes et indissociable du kilt) suit la même courbe, il devient domotique avec Bill Gates, objet de luxe avec Bernard Arnault, symbole du monde nouveau pour Manu le Macron. Le kilt en finit même par faire oublier Dieu en personne pour devenir l’objet de toutes les discussions.
Ainsi soit kilt, et que ta volonté soit fête, je souhaite que ce petit kilt ne m’attire pas vos colts et que vous prendrez ce texte pour une absence passagère et pas le pire blasphème.
PS: Pour les vilains curieux, sachez que de tout temps, il est fort déplacé de demander ce que l'on porte dessous.

nicolas.python dans Poésie.
- 22 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.