Dimanche acrylique

DIMANCHE ACRYLIQUE


Dimanche acrylique
Fait de coquillages athymiques
LOU - ANN, ma petite fabrique
Prend sa pelle et son sceau
Pour envisager de grands travaux :
Un château de sable en céramique
Coquille, craie de mer, sèche séchée échouée sur la plage
Sur un fond silencieux du lancinant
Bruit des vagues qui tapent sur la plage
Au fond le clapotis des barques amarrées
Et au large, les jets skis qui déferlent à toute vitesse
Ont foutu en l'air ce moment bucolique

Rivage fait de nuage
Blindage et surmenage
Vidange et vendange
Evidemment, évidement, évitement
Exorbité, exhorté, exhalé
Le sable dans ma gorge et les galets dans mon larynx
Il me reste les ruines de mon sphinx
L'instant passé découvre et dévoile une liberté,
Une action en survenance ; "supervenient".

C'est un dimanche acrylique où le bleu
Klein n'a pas sa place, mais le ciel bleu…
Les crustacés évidés c'est le géométrique,
L'arithmétique de la pure nature métrique

Révoltante ébullition
De la révolution de la rébellion
De l'évolution de mes ablutions
Qui se terminent en alluvions.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 1095 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.