Divine face obscure de la lune

Lorsque la nuit, tout s’endort, même les paupières
Baissent leur garde, et abandonnent les idées d’hier.
Puisses-tu imaginer briller de tes yeux dans la lune,
Eclairer mes pages blanches de ta chevelure brune ?

L’encre universelle de tes baisers noircit les lignes
Et je puise à leurs sources l’essence même des signes
Qui embrasse d’une caresse la feuille immaculée
Pour transcrire tout ton amour que j’ai contemplé.

Mon corps s’embrase, et mon cœur bouscule sa voûte.
Qu’il est si doux, en ta compagnie, d’être mari et amant
A la fois, et de tracer ensemble notre propre route
Dans cette demeure parfumée par ce mystérieux encens.

Parfum de nos amours qui fluent à travers nos veines
Comme les douces senteurs rosées, ineffables délices,
Transpercent mon cœur et dans mon âme se glissent
La mystique assomption dans toute ta splendeur qui est tienne.

Poème tiré du recueil : "divine face obscure de la lune" 2013.

Hubert-Tadéo Félizé dans Poésie.
- 80 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.