Doucereuses pensées

Doucereuses pensées

Se noyer dans le temps
Avec ou sans toi,
D’un battement possédé,
Et de m’avoir amené
Juste ici.

Je brûle de le connaître,
Je brûle de le découvrir.

Ecouter les sourds silences
De tous les bruits de la ville,
Qui nous encellulent
De leurs barreaux invisibles,
Juste ici.

J’apprécie de les connaître,
Je savoure de les découvrir.

Noircir dans le temps,
Avec ou sans toi,
Des feuillets épars,
D’une écriture si fine
Juste ici.

Je signe d’une encre rouge,
Et je t’en remercie.

Le cœur est sans aucune ambiguïté,
La machine la mieux huilée,
Ô doucereuses pensées,
Finalement, j’ai tout aimé
De toi juste ici.

Et je t’en remercie,
Et je te souris.

 

Patrice Merelle dans Poésie.
- 36 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.