Elles…. Les amours

Il y a des amours comme des clignements de paupières,

Elles disent toujours, mais volent très bas dans l’air.

Ce qu’elles désirent sont les froissements des corps,

Après le délire, elles fuient très vite dehors.

 

Il y a des amours, au bord de chaudes plages, 

Parfois sur un seul jour, se mêlent tous les âges.

On fait le plein de sexe, comme on prend de l essence,

Et on oublie son ex, et son manque d’aisance.

 

Il y a des amours mortes, blessées dès le départ,

Que l’on trouve à sa porte, un jour de cafard.

Alors on les supporte dans le four de son cœur

Et l’on se croit très forte pour arrêter les leurres.

 

Il y a des amours folles, en pièces de théâtre,
Qui dans l'air s'envolent et semblent bien folâtres
Elles aiment la dynamique, les disputes opiniâtres.
Le cris et les mimiques, les gestes de pirates.


Mais..

Il y a des amours fortes malgré de viles frontières,

Aux mots qui vous portent sans jamais une guerre.

Des mots en beaux atours qui sont comme une bannière,

Et  brodent vos bravoures et votre imaginaire.

 

Ces amours sont en soie avec seulement deux voix,

Elles ne se voient jamais mais ont tellement de foi

Que leurs liens sur le temps a pour refrain toujours,

Que leur pages, dans le vent, s’effeuillent sans discours.

 

 A F.

 

  

 

ange dans Poésie.
- 215 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.