ÉPITAPHE

         ÉPITAPHE

Le corps en mouvement
Et l'âme aiguisée,
Parcourant les sentiers du bonheur,
Soudain je fus arrêté par l'apparente vacuité
D'un horizon aseptisé.
Mes empreintes encore fraiches des pas de l'espérance
Peu à peu s'effacèrent
Et sur le sol de la négligence,
La terre se mit à crever.
L'esprit altéré
Et le corps titubant,
J'empruntai alors les chemins escarpés
Qui mènent aux supports de la création.
Le corps pantelant
Et la conscience en proie à la dissociation,
Je projetai pour finir
Mon épitaphe sur l'aire en chantier
de mes éphémères pérégrinations :

JE NE SUIS QU'UN LECTEUR PAR DÉFAUT DU SYSTÈME D'EXPLOITATION.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 312 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.