Et je reste seul à contempler les étoiles.

Dans les bidonvilles, je ne vois plus l' enfant sourire........

Sur les champs de bataille, je ne vois que  grimaces de haine et de souffrance......

Dans le regard de belles et vieilles personnes, habitant de beaux mouroirs, je ne vois plus que  murs de solitude et d'oubli.....

L'arche du monde vacille sur des flots tumultueux d'égoïsme et de conflits.

Dans le ciel assombri des pleurs de l'humanité, je ne vois plus de clarté radieuse.

De la vie moderne, je ne vois que le vertige de l'argent, du moi, du paraître , de l'uniformité, et de la superficialité.

Je ne vois plus le temps qui passe, je ne vois que  portables et ordinateurs, je ne vois plus et n'entend plus le vol des bourdons, le balancement de la vie, l'infini beauté de la nature offerte à l'homme trop pressé.

Je ne sens plus la vibration initiale, je ne perçois plus le langage des arbres et des oiseaux, tout me devient étranger, le monde
moderne se perdrait-il dans la grande illusion du matériel ?.

On se bouscule par inadvertance, ignorez-vous les uns les autres semble être la nouvelle religion de l'ère moderne.

Et je reste bien seul, tel un vieil ermite  à contempler les étoiles, rêver dans le vent du soir, écouter la mélodie du silence, seul face à l'immensité, dans des pensées de pure conscience, loin du fracas des armes, de l'indifférence et de l'égoïsme des hommes.

Qui aura le courage de continuer la lutte, de réveiller les consciences endormies, qui ? Dieu, non puisque nous sommes sans doute tous Dieu, comme le dit si justement Bouddha, qui alors ? la solution est je pense en toute humilité, en chacun d'entre nous.

Une nouvelle conscience est possible, mais l'homme le veut-il vraiment ?

Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 605 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.