Et la joie m'est revenue

 
l'hiver vient de passer
Laissant derrière lui
Le glacé d'une vie repliée
Mais voilà que sera été
Du beau des délices dédiés
A la puissance des amours nés
Et la joie m'est revenue
 
L'arbre à la silhouette noire
On ne voulait  de son histoire
Nos yeux n'avaient que déboire
Au printemps il a fleuri poires
Il est ainsi  trop notoire
Qu'on le gardera en mémoire
Et la joie m'est revenue
 
Le rossignol qui pleurait l'hiver
Dans le froid de cet univers
Où il ne trouvait le couvert
L'été le laisse chanter en vers
Pour épater galerie du vert
Où fleurs éclosent au vols des eiders
Et la joie m'est revenue
 
La nuit est venue fermer le jour
On s'enferme au lit sans amour
Et notre vie se plaint au détour
Ouvrent ses yeux le nouveau jour
Il scintille sur les esprits d'un bonjour
Et nos pas de vie deviennent amour
Et la joie m'est revenue
 
Les escargot hibernent affaiblis
Dans un fond de coquille refroidie
A cet   hiver qui n'autorise sa  sortie
Le printemps les laissent  d'appétit
venir  frayer au grand verger  reconverti
quand il est temps du bonheur consenti
Et la joie m'est revenue
 
Les esprits  souffrent vile humeur
Dans le stress du gris de la rigueur
Quand chaleur installe l'hiver dupeur
L'été vient caresser douceur
D'une plage d où repose langueur
D'un esprit absorber  de faveurs
Et la joie m'est revenue
 
J'ai laissé l'hiver froid me posséder
J'ai glissé dans son  manteau glacé
Sans pouvoir maladie me préserver
Le chaud du soleil est venu réchauffer
les pas de ma douce vie réveillée
Pour batifoler sur de riches pensées
Et le joie m'est revenue
comme caresses désirées
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1191 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.