Etranger mon ami

J’aperçois non loin de moi
Cet homme si las
Est-ce la providence si je suis là ?
Peut-être a-t-il besoin de moi ?
Peut-être pas ?
Dois-je ou ne dois-je pas ?
C’est un étranger, un inconnu
Peut-être ne le reverrai-je plus ?
Faut-il consacrer mon amitié
A cet inconnu, cet étranger ?
Je ne sais pas, je sais plus

Cet homme dans sa solitude,
Recherche peut-être la plénitude.
Alors il n’a pas  besoin de moi !
Mais sans doute est-ce moi qui ai besoin de lui ?
Quelque chose m’attire en lui ;
Quelqu’un m’attitre en lui ;
Quelqu’un m’attire à lui.
Quelqu’un m’attire vers lui.

Je ne sais , je ne sais plus
Pourquoi je n’en saurais pas plus.

Il me faut brise ce mur d’indifférence
N’est-ce pas le but de la providence ?
Ainsi, remplis de doutes, je vais à lui
Je viens à lui, il tourne la tête
Tout se brouille et je m’entête
Il m’observe et me dit :
« assieds-toi , mon fils . »

Fabien Rogier dans Poésie.
- 898 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.