Face à la souffrance d'autrui

Dans les couloirs
Enlaidis par la douleur
Jai croisé différents visages
Délabrés par les aléas de la vie

Certains frôlaient la mort
A leur sort se résignaient
Prêts à affronter nouveauté
De lautre côté de la vie

Dautres sy accrochaient encore
Déployant leur force
Dans lespoir de recouvrer
Leur jeune et robuste santé

Epargnée, je me suis vue
Saine, coulant jours heureux
Face à lamertume
De ces âmes en sursis

Soyons heureux si encore
Nous arrivons à marcher droits
Sans courbures, sans gêne
Dans ces labyrinthes de la maladie

venus2015 dans Poésie.
- 709 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.