Fatalité de la transparence

Nos mots, nos vers
Nous déplument
Bien que les disent
Nos propres plumes

Nos intimes paroles
Nos rêves diurnes
Trompent nos secrets
Révèlent nos abimes

Nous sommes vulnérables
Les flancs de nous dunes
Ne sont nullement arables
Mais célèbrent nos ruines

Nous ne sommes pas capables
Douvrir toutes nos urnes
Nous trompent nos palabres
Qui dénoncent nos intimes

BEDOUIN dans Poésie.
- 972 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.