Fiançailles

Ce drap blanc que tu portais ce beau jour
Ce sentiment que ton coeur portait lourdement
N'étais pas assez fort pour déjouer notre amour
Celui dont l'intensité défierait le temps

Le soleil brillait comme le platine d'une montre
Les bourgeons annonçaient la venu du beau temps
C'est ainsi donc que débuta notre rencontre
Qu'elle était belle la saison du nouveau printemps !

Bruges rayonnait de notre amour insatiable
Notre passion se répandait tel de la fumée
Nos envies d'évasions étaient incontrôlables
Qu'elle était belle la saison du nouvel été !

Et ce fut dans cette radieuse ambiance
Sur ce sombre banc monotone
Que notre amour s'est gravé sur cette alliance
On n'oubliera guère cet automne !

Viendront ensuite les flocons, le vent et le froid glacial
Heureusement c'est la période que tu préfères
Blanc comme neige tu seras lors de notre marche nuptiale
Qu'elle sera belle la saison du nouvel hiver !

Et ce cycle ne cessera de se répéter
Profitant de la fuite du temps inébranlable
Les saisons ne se sont jamais paralysées
Tout comme notre amour demeurera semblable

Giraque dans Poésie.
- 106 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.