Fil d’araignée

 

Il y a un jardin en dehors de mon cœur,
Comme un paradis naturel, suspendu de peur,
« Nous ne sommes pas ceux du malheur. »

Ils nous enseignent la politesse frontalière,
Aux frontons de nos édifices, derrière
Des palissades des sans-amours d’hier.

Est-il possible de posséder cette terre,
Qui sera un jour un autre cimetière,
Puis nous nous enfonçons avec une rapière !

Oh soudain, la terre s’effondre sous mes pieds,
Comme suspendue à un fil d’araignée,
Je suis le témoin de mon siècle arriviste,
Là où toutes les âmes ne sont plus pacifistes.

Tout va trop vite ! Comment prouver que nous
Avons tort de ce cheminement insensé,
Je ne sais pas pourquoi je pleure sur nous !
Suis-je suspendue à ce fil d’araignée ?

Je cherche un autre chemin de lumière,
Au bout du tunnel tout devient si clair,
Il y a une poutre dans mon œil noisette,
Qui m’aveugle, quelques écrits sur une palette !

J’ai pris deux bouts de planches délavées,
J’enfonce quelques clous pour m’en faire
Ma propre croix, ma propre foi, une réalité,
Et je peux voir l’humanité différemment, si claire.

Est-ce que j’agis raisonnablement quand tout me ment ?
Je ne peux pas détourner mon regard de l’humanité,
Il y a quelque chose dans votre cœur si fascinant,
Qui m’appelle. Aimer, de Pandore toute sa beauté !

Attrapée comme dans une toile d’araignée,
Simplement suspendue à un fil d’araignée.
Je suis cette fille qui traverse des miroirs,
Loin de ma réalité, loin de mes jours et de mes soirs.

« Dites-moi ! Est-ce que les anges ont peur du noir ? »
Mes pieds se dérobent sur ces terres molles
Transpercées par vos larmes et vos pleurs chaque soir,
Suis-je folle de croire ? Es-tu par amour, devenue folle ?

De croire, chaque soir, une autre histoire !
De croire que l’on peut tout désirer, tout avoir,
Juste en fermant notre regard suspendu à un fil
Juste suspendu à une toile d’araignée et à son fil.

Fleur de cactus dans Poésie.
- 51 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.