Fin d’Automne…

                                                                                                                                                                                                             L’Automne s’amenuise lentement, l’hiver implacable s’installe.
     « L’autre monde » invisible, commence à souffrir.
    La poésie hivernale se dévoile. La terre enfin peut se reposer, pour mieux préparer le Printemps.
                                                 

                                               Nature figée, en cette fin d’automne,
                                               Où cyprès, sapins et romarins détonnent,
                                               Sous l’azur insolent, qui nargue la saison,
                                               Les arbres dénudés, ont perdu leur toison…
                                         
                                               Silence harmonieux, le temps semble arrêté,
                                               Dans le coton brumeux, dans la légèreté ;
                                               Un clocher dans la plaine, arbore son col blanc,
                                               Il carillonne, de la terre au firmament…

                                               Arrogant, l’hiver revendique son titre,
                                               Froide campagne, se terre pour survivre,
                                               Là est l’autre monde, au fond de ses entrailles,
                                               Vivre ou mourir il faut livrer bataille…

                                                Le rouge-gorge opportuniste, se pose,
                                                Mon saisonnier, sans politesse s’impose,
                                                Dis-moi ! Ami ingrat…Où passes-tu l’été ?
                                                Chantes-tu pour me charmer ? Ou bien me flatter ?...

                                                Le vent soupire, dans le feuillage ultime,
                                                Parmi les feuilles moribondes, il déprime,
                                                Un soleil de cristal, pleure au petit matin,
                                                La douce saison, réduite en peau de chagrin…

                                                Ronde des saisons, l’hiver revient sur ses pas,
                                                L’homme avance et compte ses printemps ici-bas ;
                                                Poésie nostalgique du temps qui passe,
                                                Comme une valse, qui tourne et trépasse…

                                                Campagne secrète, aux portes de l’hiver,
                                                Glaciale beauté, parcelle de l’univers ;
                                                Puis la neige est venue, douce et silencieuse,
                                                Immaculée…La terre attend, religieuse…

                                                J’ai vu…Le monde oublié, avant renaissance,
                                                Aquarelle anonyme…Magnificence,
                                                J’ai vu…L’horizon de feu, givre flamboyant,
                                                Au cœur de l’hiver, majestueux et scintillant…

                                                J’erre au bord du lac, dans son calme tout puissant,
                                                Quand le jour se meurt, dans sa lumière de sang,
                                                Quand le soleil s’échoue, que le miroir est d’or,
                                                Alors je reste là ! ...Contemplant le décor…

                                                 Le pastel de nuit, se mêle aux étoiles,
                                                 Pudique, la lune enfin se dévoile,
                                                 Puis ciel et terre, s’unissent à l’horizon,
                                                 Et le grand manteau noir, s’étend à l’unisson…

                                                 Fatal, les griffes de l’hiver se resserrent,
                                                 Dans « l’Autre Monde », subsister devient précaire,
                                                 Sous l’empire de glace, avant de reverdir,
                                                 La terre peut enfin, s’endormir…

Noel Turo dans Poésie.
- 948 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.